8 mars 2017

Profil de carrière : VP du groupe Réseau Bell Média

Derrière les caméras qui captent les émissions que vous préférez, qu’il s’agisse des émissions de CTV, des matchs de soccer de TSN ou de la programmation de l’application CraveTV, derrière les systèmes graphiques, les serveurs et le réseau de télédiffusion, l’équipe Réseau, composée d’ingénieurs en télévision et télédiffusion, met tout en œuvre pour fournir un service spectaculaire aux abonnés. Cette équipe est dirigée par Borika Vucinic, VP du groupe Réseau Bell Média. En tant que membre du Conseil du leadership en matière de diversité de Bell, Borika est très active comme mentore auprès de femmes qui travaillent dans les domaines STEM (sciences, technologie, ingénierie et mathématique), car elle veut « donner au suivant », c’est?à?dire permettre à d’autres femmes de bénéficier des chances qu’elle a eues (en lançant des satellites dans l’espace, par exemple). Nous avons rencontré Borika pour parler de son parcours de carrière, de ce qu’elle fait pour promouvoir la parité hommes-femmes et, bien sûr, de ce qu’elle a ressenti au moment du lancement du satellite Nimiq 6.

Bell Média : Parlez?nous un peu de vous.

BV : J’ai immigré au Canada en 1995 en provenance de la Bosnie-Herzégovine. Je suis venue avec ma sœur (qui travaille également pour Bell dans l’équipe Mobilité). Nous avons reçu l’aide de Centraide pour préparer nos curriculum vitae et postuler des emplois. J’ai éprouvé quelques difficultés au début, car tout était nouveau et, même si mon anglais était bon, j’avais du mal à communiquer. Notre conseiller de Centraide nous a suggéré de chercher des occasions de bénévolat pour inscrire des expériences locales de travail sur nos curriculum vitae. Comme ma formation était en génie électrique et en télécommunications, j’ai posé ma candidature pour un poste de bénévole chez Bell et j’ai été immédiatement acceptée.

Le 30 janvier 1996, soit moins de six mois après mon immigration au Canada, j’ai commencé comme bénévole pour Bell Mobilité à un poste du centre de contrôle où j’étais chargée de trier une base de données sur les sites cellulaires. C’est ce qui m’a ouvert les portes de l’entreprise. Après avoir terminé mon premier travail, j’ai obtenu un poste contractuel et, quelques mois plus tard, un poste à temps plein comme technicienne dans un centre de commutation de Bell Mobilité. Pendant ma carrière chez Bell, je suis passée de Bell Mobilité à Bell Télé et ensuite à Bell Média, mais je suis toujours restée dans l’équipe Réseau. Bell a joué un rôle important dans tout ce qui m’est arrivé à moi et à ma famille au Canada. Le Canada m’a donné ma citoyenneté et un moyen de subsistance tandis que Bell m’a permis de me créer un cadre de vie et de me faire reconnaître comme professionnelle dans mon domaine.

Bell Média : Parlez?nous de vos activités et de votre rôle chez Bell.

BV : Je suis vice?présidente du groupe Réseau Bell Média. Ce groupe est très diversifié et couvre de nombreux aspects du domaine des réseaux. En plus des fils, des fibres optiques, des réseaux IP et des serveurs, l’équipe Réseau s’occupe également du réseau fédérateur, des réseaux d’accès, des plateformes, du logiciel, du matériel et des applications. Mon équipe comprend les techniciens qui travaillent derrière les caméras, dans les studios, à la régie centrale, etc. Elle veille à ce que tout ce que nous diffusons en ondes, à la télévision comme à la radio, réponde aux attentes des clients et respecte les plus hautes normes de qualité.

Bell Média : Les TI et les réseaux sont des industries dominées par les hommes. En tant que femme dans une de ces industries, que faites?vous pour contribuer à la parité hommes-femmes?

BV : Je ressens profondément l’obligation de transmettre à d’autres femmes les possibilités qui m’ont été offertes. C’est pourquoi je m’efforce de former des femmes pour la relève et de favoriser la parité hommes-femmes au sein de l’équipe Réseau. Je fais maintenant partie du Conseil du leadership en matière de diversité de Bell. C’est un rôle qui me passionne et où j’espère susciter des changements dans le cadre des initiatives qu’entreprend le Conseil. Tous les trimestres, nous organisons des événements pour rapprocher les dirigeantes des autres femmes de l’organisation, en discutant de leur cheminement de carrière, en leur offrant de l’aide et des conseils et en leur donnant au besoin plus de confiance en elles-mêmes.

J’encourage fortement les femmes à étudier dans les domaines STEM et j’aide les femmes qui occupent des postes techniques à progresser dans leur carrière. J’agis également comme mentore auprès d’une douzaine de femmes et d’hommes qui occupent divers rôles techniques chez Bell. Tout commence vraiment lorsque des dirigeantes de l’entreprise encouragent d’autres femmes en leur disant : « Oui, vous pouvez devenir une leader. Nous vous encourageons et nous vous appuyons ».

Bell Média : Vous avez dirigé l’équipe chargée de la conception du satellite Nimiq 6 avec Télésat et Space System Loral. Parlez-nous de cette expérience?

BV : Il est indéniable que cette expérience a été l’un des points culminants de ma carrière. Nous avons entrepris en 2008 la conception et la construction du satellite Nimiq 6, dont nous avions besoin pour diffuser les centaines de chaînes destinées à nos clients de Bell Télé. Nous avons conçu un satellite capable de couvrir tout le territoire du Canada et d’offrir des performances remarquables tant sur la liaison montante que sur la liaison descendante, afin que nous puissions fournir à nos clients des signaux de la meilleure qualité et une largeur de bande spectaculaire. Ce satellite a été le fruit de nombreuses années de travail assidu de la part de mon équipe de Bell Télé, de l’équipe d’ingénierie RF et de nos partenaires Télésat, Space System Loral et International Launch Services.

Nous nous sommes rendus en Californie à plusieurs reprises pour suivre la construction du satellite et chacun de ces voyages a été pour nous une expérience extraordinaire. Pour donner un peu de contexte, nos antennes paraboliques sur Terre sont très grandes (de 9,1 à 12 mètres de diamètre) alors que celle du satellite mesure seulement 1,2 mètre. Le satellite étant en orbite géostationnaire à une distance de 36 000 kilomètres de la Terre, la précision nécessaire pour que le signal atteigne un point si minuscule est tout à fait incroyable.

Au moment du lancement en mai 2012, nous avons établi une connexion directe entre nos employés de Bell Télé à Toronto et la plateforme de lancement du satellite à Baïkonour, au Kazakhstan. Nous étions nous?mêmes situés à environ cinq kilomètres de la plateforme de lancement. Nous avons d’abord vu une lumière vive puis entendu le lancement de la fusée, après quoi nous avons senti la terre qui se mettait à trembler très fort sous nos pieds. Quand j’ai vu que le lancement avait réussi, j’ai crié de joie. Il est prévu que Nimiq 6 aura suffisamment de batteries et de combustible pour durer au moins jusqu’en 2048. Comme le satellite est équipé d’un système de batteries solaires, la plus grande partie de l’énergie qu’il utilise provient du soleil.

Bell Média : Pendant un événement récent du programme Les femmes chez Bell, vous avez participé à un groupe de discussion sur les « Clés du succès ». Qu’est?ce qui vous a poussé à participer à cette discussion?

BV : J’applique le principe du « Donnez au suivant ». Je crois fermement que toutes les femmes, en particulier celles qui occupent des postes techniques, doivent partager leurs expériences de carrière et encourager d’autres femmes à poursuivre leur carrière librement et en toute confiance. Les femmes que je rencontre dans ces groupes de discussion sont intelligentes, compétentes et elles contribuent grandement aux objectifs de notre entreprise. Dans certains cas, ce qui les empêche de progresser, c’est un simple manque de confiance ou d’estime personnelle. C’est pourquoi je profite de ces discussions pour les encourager à se sentir bien dans leur peau et à réaliser leurs aspirations professionnelles.

Bell Média : Comment allez?vous célébrer la Journée internationale de la femme?

BV : Je vais être co-animatrice d’une conversation informelle sur le cheminement de carrière et la diversité dans nos bureaux d’Agincourt. Je continue d’appuyer et de célébrer la Journée internationale de la femme parce que je crois que nous ne devons pas oublier toutes les femmes qui n’ont pas bénéficié des chances que nous avons eues. Il faut penser surtout aux femmes qui ne peuvent pas nourrir leur famille, qui vivent ou ont vécu dans un pays déchiré par la guerre ou qui ont dû trouver des moyens de sauver leur vie ou celle des membres de leur famille. Je tiens à rendre hommage à ces femmes. En transformant notre monde, nous pouvons aider et inspirer des femmes de toutes les couches de la société.

Bell Média : Qui est votre modèle et pourquoi?

BV : Sur le plan professionnel, j’ai eu de nombreux modèles, dont plusieurs leaders qui m’ont appuyée au cours des années.

Dans ma vie personnelle, c’est mon père qui est mon véritable modèle. Avec ma mère, il a travaillé très fort pour nourrir notre famille et nous construire un foyer. Surtout, c’est lui qui m’a inculqué des valeurs d’intégrité, d’authenticité et de fidélité à moi?même dans la vie comme au travail.

Bell Média : Quel est le meilleur conseil que vous avez reçu d’un mentor?

BV : Chaque jour, essayez de donner le meilleur de vous?même. Trouvez un moyen de mettre en valeur vos points forts et de travailler sur vos points faibles.

Bell Média : Quel conseil donneriez?vous à une jeune femme qui désire travailler dans votre domaine?

BV : Joignez?vous à nous, sincèrement! Il n’est pas nécessaire que vous ayez un diplôme en TI ou en réseaux. Si vous avez de bonnes aptitudes pour le leadership et si vous aimez apprendre, vous pouvez aisément progresser! Le niveau d’où vous partez n’a pas d’importance. Pour ma part, j’ai commencé comme technicienne et j’ai gravi les échelons à partir de ce niveau.

Bell Média : Comment maintenez?vous votre inspiration et votre étincelle?

BV : J’adore apprendre. Ce que j’aime le plus, ce sont les cours, la lecture et l’apprentissage de nouvelles technologies et fonctions, pour trouver ensuite comment appliquer ces nouvelles connaissances à mon travail.

Je suis également inspirée par les personnes qui m’entourent et qui font avancer les choses. Je souris chaque fois que quelqu’un me parle d’une personne formidable qui fait la différence. Prenons par exemple le Super Bowl de cette année, que nous avons diffusé sur toutes nos stations CTV et TSN.  Pour cette émission, il y avait une centaine de personnes qui travaillaient dans la même pièce et tout s’est déroulé impeccablement. C’était une expérience exceptionnelle qui va certainement continuer de m’inspirer pendant plusieurs mois.

Vous avez déjà un compte?

Accédez ici.

.modal